Nouvelles

Un congrès qui passera à l'histoire !

Nairobi (Kenya) Immagine correlata a Un congrès qui passera à l'histoire !

A Nairobi, du 11 au 14 octobre 2011 s’est déroulé le premier Congrès International d’Histoire de l’Œuvre Salésienne pour l’Afrique et Madagascar sous le titre de « Histoire et identité salésienne, production et emploi des sources, conservation du patrimoine culturel » organisé par l’Association des chercheurs amateurs d’histoire salésienne (ACSSA). Le Directeur de l’Institut Historique Salésien, don Francesco Motto et le secrétaire de l’ACSSA, don Stanslaw Zimniak présidaient cette rencontre.
Il y avait 30 participants : 15 SDB et 15 FMA.
Grâce au Provincial de la Province AFE, don Gianni Rolandi, qui a offert l’hospitalité dans une aile neuve du complexe de Nairobi DB YES (Don Bosco Youth Educational Centre), la rencontre a pu se dérouler dans de bonnes conditions.
Les messages du Recteur Majeur, de Mère Yvonne Reungoat et de la Présidente de l’ACSSA, sr. Grazia Loparco FMA, ont servi d’ouverture officielle à ce moment de rencontre historique.
Selon un horaire bien pensé et non pesant, se sont suivi des rapports, des communications et des ateliers. Sr. Maria Rohrer FMA, dès le premier jour nous a fait réfléchir sur le « Pourquoi écrire l’histoire salésienne ». Le second jour deux confrères missionnaires de la République Démocratique du Congo, le Père Marcel Verhulst et le Père Léon Verbeek ont confirmé par leurs recherches d’histoire scientifique l’importance de ce travail. Nos deux confrères ont déjà recueilli beaucoup de sources « orales et figuratives » en plus des sources écrites et ils ont publié d’intéressantes recherches historiques, non seulement sur l’œuvre salésienne, mais aussi sur la culture locale et sur l’histoire de l’Eglise au Congo.
Puis ont suivi des communications sur des revues de presse de certains contextes spécifiques préparée par sr. Inácia Chaquisse (MOZ), don Albertt Kabuge (AFO) et sr. Alphonsine Tshabu Fwamba (AFC).
Le troisième jour, après une intéressante visite culturelle au Musée historique de Nairobi, eurent lieu les deux interventions de deux historiens non salésiens: “Pour protéger et conserver les sources » de don Albert de Jong SSSp ; et « Modèle d’historiographie ecclésiale et civile en Afrique » de Reginald D. Cruz, CFX.
L’après midi il y eut trois autres rapports : L’état de l’historiographie sur don Bosco », de don Francesco Moto SDB, « Quelques remarques en relation à l’historiographie salésienne » de don Stanislaw Zimniak SDB et «Les étapes de l’historiographie de l’Institut des FMA » présenté par sr. Piera Cavaglia FMA, Secrétaire Générale de l’Institut qui a participé à tout le Congrès.
Selon la pure tradition salésienne les “mots du soir”, créatifs et documentés sur la réalité des deux Provinces AFE des Salésiens et des FMA, n’ont jamais manqué.
Le Conseiller Général pour l’Afrique et Madagascar, don Guillermo Luis Basanes, a conclu ces journées en encourageant les participants à sentir la responsabilité d’écrire et de conserver les sources significatives pour l’histoire salésienne et à travailler pour créer une culture historico-salésienne dans chaque Province. Ces dernières paroles ont été : « Je vois l’Afrique Salésienne plus robuste, avec des racines plus solides et plus fortes après ce Congrès et ceci pourra aussi servir à la rendre plus attirante pour les vocations ».

0 Commentaires Ecris un commentaire

    Sans commentaires
  • Ecris un commentaire